Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 10:56

Devenir propriétaire sans un sou en poche, c’est possible !

Emprunter en ayant une situation personnelle et/ou financière jugée peu favorable c’est possible. Tout comme les personnes présentant des risques de santé aggravés ou encore les personnes dites « séniors ». Pour toutes ces personnes qui ne rentrent pas dans les standards d’attribution des prêts, le chemin est semé d’embûches. Voici quelques solutions pour pouvoir emprunter malgré un dossier présentant de nombreuses incertitudes pour les établissements bancaires.

 

La première difficulté est l’obtention de l’assurance décès-invalidité. Cette assurance protège les héritiers des dettes contractées par l’emprunteur. En effet, en cas de problème, c’est l’assureur qui prend le relais, soit en remboursant le capital restant dû, soit en prenant en charge les mensualités pendant l'incapacité temporaire. Vous n'obtiendrez pas d'assurance si la compagnie affiliée à votre banque estime que vous présentez des risques médicaux trop élevés. Pour les évaluer elle vous impose de remplir un questionnaire de santé. Il est traité avec la même sévérité quel que soit l’âge du demandeur. Très souvent les compagnies imposent des surprimes aux « profils à risques ». En cas d’exclusion de ce contrat, nous vous conseillons de contracter une assurance individuelle. C’est ce que l’on appel la délégation d’assurance. Récemment institutionnalisée par le gouvernement (Loi dite Lagarde), la pratique a trouvé un écho favorable auprès des emprunteurs.

 

Pour les personnes n’ayant pas d’apport, il n’y a qu’une seule solution : c’est d’emprunter la totalité du coût de l’acquisition frais compris. Il s’agit d’un crédit à 110%. C’est un produit financier accordé avec parcimonie par certains établissements bancaires. Selon le crédit foncier, ce type de financement concerne principalement deux types d’emprunteurs. Il y a tout d’abord la jeune clientèle « dotée d’un fort potentiel et qui n’a pas eu le temps de se constituer une épargne suffisante » et « d'autre part un profil d'acquéreur plus aisé et plus avancé dans la vie qui dispose d'une épargne conséquente mais sans pouvoir la mobiliser immédiatement ». Dans ce deuxième cas nous retrouvons les détenteurs de plans d’épargne ou de placements boursiers qui jugent la conjoncture peu favorable à la revente de leurs actions. Pour le financement vous avez la main mise sur tous  les paramètres de votre crédit (taux fixes ou révisables, à échéances modulables ou emboîtables). 

 

Emprunter dans la force de l’âge est maintenant quelque chose de banale auprès d’une majorité d’établissements bancaires. En effet, ils ont développés des produits spécifiquement adaptés, capables d'intégrer à l'avance la chute des revenus liée au passage à la retraite. Ces formulent proposent un remboursement en deux temps. C’est-à-dire que les mensualités ont des charges variables, car elles sont définies pour suivre l’évolution des revenus. Pendant les années de vie active, les acquéreurs, censés pouvoir consentir un effort plus important, optent pour des mensualités élevées. En revanche, une fois à la retraite, celles-ci vont s'alléger pour s'adapter à la nouvelle situation financière de l'emprunteur. Attention pour ces produits, l’assurance décès-invalidité peut doubler voir tripler, ce qui renchérit le coût global du crédit. En revanche, vous pouvez emprunter sans cette assurance à condition de couvrir votre emprunt, c’est-à-dire nantir le crédit. Vous pouvez aussi hypothéquer un autre bien ou demander à une tierce personne de garantir l’emprunt à votre place qui devra souscrire une assurance décès-invalidité. 

 

Aujourd'hui un emprunteur malade ou présentant de lourds antécédents médicaux peut bénéficier de la convention Aeras. Le but de cette convention est de faciliter l'accès au crédit des personnes concernées par un grave problème de santé. Elle concerne les prêts destinés à financer l'acquisition d'un logement, la rénovation, les aménagements intérieurs ou la construction d'une maison. Le montant maximal susceptible d’être emprunté est de 320.000 euros sans condition de durée. En revanche, la limite d’âge de fin d’emprunt est fixée à 70 ans.

 

Voici des solutions qui vont pouvoir aider des emprunteurs ayant un dossier dit « risqué ».

Partager cet article

Repost 0
Published by KACIUS - dans Crédit
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du Conseil en Gestion de Patrimoine et de la Défiscalisation - KACIUS
  • Le blog du Conseil en Gestion de Patrimoine et de la Défiscalisation - KACIUS
  • : Ce blog est l'occasion pour nous d'échanger avec les internautes sur l'actualité économique et financière et d'apporter des compléments d'information sur notre métier : le conseil en gestion de patrimoine et la défiscalisation.
  • Contact

Recherche

Catégories